Attention aux gourous et aux dérives sectaires

Il y a quelques domaines que j’affectionne tout particulièrement : la santé et les médecines « alternatives », l’alimentation, le développement personnel et la spiritualité. Et s’il y a des domaines, dans la vie, dans lesquels on entend (un peu trop ?) facilement parler de gourous et de dérives sectaires, ce sont bien ceux-là. Baignant dedans à temps plein, lisant souvent tout et son contraire sur certains sujets, observant de l’extérieur certains mouvements et ayant assisté parfois à des batailles rangées entre partisans de telle théorie ou de telle autre… j’ai vraiment eu envie de faire une petite mise au point… ou plutôt de présenter ma vision très simple de quelque chose qui prend parfois des proportions effarantes.

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser croire, je ne souhaite pas tant vous mettre en garde contre lesdits gourous que vous parler des gens qui se croient obligés de VOUS mettre en garde, en criant un peu trop promptement « à la secte » !

En effet, ils sont nombreux ceux qui dénoncent telle personnalité manipulatrice de Youtube, tel « mouvement » alimentaire extrémiste, tel pseudo-expert-uniquement-intéressé-par-le-fric. Et à chaque fois que j’assiste à cela, même si je m’abstiens d’intervenir, se réveille en moi le désir de leur exposer le fond de ma pensée.  Alors finalement, un petit article sur mon propre blog est la meilleure solution et, en tous cas, un bon compromis : cela m’évite la frustration de ne pas dire ce que je pense… et en même temps, de cette façon, ne liront que ceux qui sont censés le lire.

orateur
Certaines personnalités charismatiques ont le don de fasciner les foules.

Vous êtes responsable de vos choix, assumez-les !

La toute première chose que ces « accusations » (attention à lui, méfiez-vous de celle-là) m’inspirent, c’est que pour qu’une personne soit érigée au rang de gourou, fût-il extrêêêêmement dangereux, encore faut-il qu’il y ait des adeptes. Sans groupies dociles et suiveuses, pas de gourou.

Il faudrait donc peut-être tout simplement revenir à la source du « problème », avant de s’attaquer au gourou lui-même.

Nul besoin de se méfier en permanence des gens que vous rencontrez, en ayant peur de vous faire duper/arnaquer ou de vous laisser endoctriner. Vous ne risquez rien si vous ne remettez jamais votre pouvoir entre les mains de qui que ce soit, bref si vous ne comportez pas, vous-même, en adepte.

Surtout que, s’il existe probablement de vrais gourous manipulateurs et dangereux qui en veulent à votre argent et souhaitent avoir un ascendant psychologique sur vous, je pense que la majorité des personnes amenées, un jour, à être qualifiées de gourou (par d’autres personnes bien intentionnées qui veulent penser pour vous) sont de bonne foi, croient vraiment en ce qu’ils prônent et n’ont pas de réelles mauvaises intentions.

Peut-être ont-elles une personnalité, un charisme qui facilitent leur influence sur certaines personnes, les incitant à adhérer à tout ce qu’elles disent ou font. Mais en sont-elles vraiment responsables ? Encore une fois, si personne n’avait les caractéristiques d’un adepte, d’un suiveur, et si personne ne démissionnait de son propre pouvoir, il n’y aurait tout simplement pas de place pour ces gourous.

Alors que faire pour se protéger ?

La meilleure protection est de ne jamais rien prendre pour vérité absolue. Ne croyez personne sur parole, surtout si cela va à l’encontre de vos propres intuitions. Nous avons toujours quelque chose à apprendre des autres, mais jamais au point de leur concéder le pouvoir sur votre vie. Faites confiance à votre propre vérité. Vous êtes responsable de votre vie à 100 %, alors passez de la victimisation à la pleine responsabilité, n’abandonnez pas votre libre-arbitre, et vous ne risquerez rien.

endoctrinementJ’ai l’espoir que les gens ne prendront pas ce qui est dit comme la vérité mais la découvriront par eux-mêmes, parce que la vérité n’est pas dite, elle est réalisée.
Ne prenez rien pour vérité.
La vérité, votre âme la connaît, car la vérité ne s’enseigne pas : elle EST.
Prenez l’habitude de vérifier par vous-même, de vous renseigner, de vous informer et d’écouter votre sagesse intérieure.
Vous avez le libre arbitre. Ne discutez jamais une intuition, suivez-la.
L’univers est gigantesque !
La vie dans l’univers est au-delà de l’imagination humaine !
Vous ne concevez qu’une infime partie de ce que peut être la vie..
Nous sommes tous des visiteurs de ce temps, de ce lieu.
Nous ne faisons que les traverser. Notre but ici est d’observer, d’apprendre, de grandir, d’aimer…  Après quoi nous rentrons à la maison. »

[proverbe aborigène]

 

Tout arrive de manière parfaite au moment parfait

Je pense aussi que nous sommes toujours amenés à vivre ce qui est bon pour nous. Il n’est pas ici question de ce que NOUS analysons comme étant positif ou négatif, agréable ou désagréable, mais de ce qui est UTILE pour nous, sur notre chemin de vie et notre apprentissage.

toutestparfaitEn effet, il n’y a pas, en soi, d’événements bons ou mauvais. Il n’y a que des expériences de vie qui nous font apprendre, progresser, grandir, même si elles prennent, a priori, la forme d’échecs. Alors, en admettant que vous suiviez une personne qui se révèle effectivement être un « vrai » gourou et que vous vous faisiez « embarquer dans une secte »… qui vous dit que cet épisode n’était pas précisément ce que vous deviez vivre à ce moment précis de votre existence, pour apprendre quelque chose, acquérir une qualité ou rencontrer certaines personnes ?

Suivez toujours vos intuitions sans vous soucier des opinions ou mises en garde d’autrui,  elles sont votre guidance intérieure.

Le syndrome du Zorro ou du super héros

Enfin, je voudrais m’adresser à tous les gens qui écrivent des articles ou font des vidéos dans le but – très louable en soi – de mettre en garde les pauvres petites choses sans cervelle que seraient leurs lecteurs, viewers, followers qu’ils n’estiment visiblement pas capables de se faire leur propre opinion tous seuls (?). A ces gens qui souffrent de ce que j’appelle le syndrome du Zorro, dans le sens où ils veulent sauver l’humanité dès qu’eux-mêmes ont ouvert les yeux sur quelqu’un ou quelque chose, ou cru prendre conscience d’une manipulation quelconque.

Cela dit, je vais être honnête, je suis moi-même atteinte par ce syndrome. Quand je ne suis pas du tout en phase avec quelque chose, quand je « ne sens pas » quelqu’un et vois clair dans son jeu, j’ai trèèès très envie de crier au monde entier « Hey, mais ne voyez-vous donc pas que cette personne n’est pas ce qu’elle prétend être ? Vous ne voyez donc pas qu’on se moque de vous ?« . Et c’est très frustrant, finalement, de voir tout un tas de gens boire ses paroles, l’aduler, l’encenser, la remercier… et rester aveugles à ce que JE vois.

zorro

Oui mais qui suis-je pour décider que cette personne, dont les actes ou les paroles ne résonnent pas EN MOI, est également néfaste pour tous les gens qui la suivent ? Qui suis-je pour penser que MON ressenti négatif envers telle personne est supérieur au ressenti positif que d’autres gens ont à son égard ?

Alors même s’il faut parfois que je me fasse violence pour ne pas jouer les Zorro, je me garde bien, malgré tout, d’avoir l’arrogance de penser que mes intuitions sont valables pour la Terre entière, alors qu’elles ne concernent que MOI, ce qui est bon ou pas POUR MOI, à un moment bien précis.

Quand on prend ainsi conscience que tout arrive toujours de manière parfaite au moment parfait dans la vie des gens, on les laisse vivre leurs propres expériences et, éventuellement, faire leurs propres erreurs, sans vouloir intervenir à leur place.
Et puis, entre nous… en général, face à quelqu’un qui suit une autre personne et boit ses paroles, les mises en garde et les critiques n’ont pas beaucoup d’effet, si ce n’est de renforcer le soutien et l’adhésion au groupe ou au personnage critiqués ! Preuve, encore une fois, que non seulement chacun doit suivre son propre chemin d’évolution, mais également que quelque chose qu’on a soi-même identifié comme néfaste ou dangereux pour nous peut réellement s’avérer bon pour quelqu’un d’autre, même si ce n’est que pour un temps.

En conclusion, laissons vivre les autres sans se sentir supérieurs parce qu’on a vu quelque chose qu’ils ne voient pas ou qu’on a compris quelque chose auquel ils restent sourds, sans penser qu’on est là pour les sauver ou les guider. On peut éventuellement inspirer par l’exemple mais je ne pense pas qu’on puisse « ouvrir les yeux » de quelqu’un en critiquant une autre personne ! 😉

10 pensées sur “Attention aux gourous et aux dérives sectaires

  • 1 novembre 2015 à 10 h 07 min
    Permalink

    Très intéressant ton article Nathalie.

    C’est vrai qu’il vaut mieux s’informer plutôt que de tourner le dos. Certaines personnes ont peur de ce qu’elles ne connaissent pas et d’autres foncent tête baissées sans s’informer et entrent dans un vrai guêpier.

    Il y a aussi celles qui se « gouroutirisent » toutes seules en ne jurant que par les dires, faits et actes d’une et d’une seule personne, en buvant ses paroles sans jamais dévier de ce qu’elle dit. C’est sûr que quand elles ouvrent les yeux elles ont l’impression d’être entrées dans une secte (la leur déjà !).

    J’ai lu des trucs sur des personnes qui semblent formidables tellement elles offrent d’elles-mêmes sans contrepartie qui m’ont sincèrement peinée ; je n’ai pas compris !

    A côté du coup on n’ose pas se dévoiler et parler de ce qu’on fait à cause de ce type de réactions.
    Alors, comment agir ?
    Pour rester heureux restons cachés ?

    Répondre
    • 1 novembre 2015 à 13 h 52 min
      Permalink

      Coucou Murielle

      Il y a aussi celles qui se « gouroutirisent » toutes seules en ne jurant que par les dires, faits et actes d’une et d’une seule personne, en buvant ses paroles sans jamais dévier de ce qu’elle dit. C’est sûr que quand elles ouvrent les yeux elles ont l’impression d’être entrées dans une secte (la leur déjà !).

      Oui, voilà, exactement. Les adeptes créent les gourous, passent d’un gourou à un autre, en prenant bien soin de descendre en flèche le gourou qu’ils quittent, parce que tout d’un coup, ils se rendent compte que soit ils ont mal fait, soit ce que dit l’ancien gourou ne leur convient plus… J’en ai vu plein comme ça, dans le domaine de l’alimentation, « retourner leur veste » et critiquer vigoureusement la personne qu’elle avaient suivie à la lettre pendant des mois, au lieu de se remettre eux-mêmes en question ! Parce qu’après tout, personne ne leur avait mis le couteau sous la gorge pour boire aveuglément les paroles de cette personne !

      A côté du coup on n’ose pas se dévoiler et parler de ce qu’on fait à cause de ce type de réactions.
      Alors, comment agir ?
      Pour rester heureux restons cachés ?

      Non je crois qu’il faut avoir le même raisonnement et se dire que si on est critiqué c’est de la part de personne qui ne sont pas en phase avec nous. Ça ne veut pas dire que ce sont eux qui ont un problème s’ils n’adhèrent pas à ce qu’on partage, mais ça ne veut pas dire non plus que c’est nous qui faisons quelque chose de mal… C’est juste qu’on n’est pas sur la même longueur d’onde à ce moment là lol

      Finalement, si on s’occupait tous de nos fesses au lieu de toujours juger ce qui se fait à côté, ce serait bien plus simple : ce que fait cette personne me cause ? Super, j’adhère. Ça ne me parle pas du tout ? Peu importe la raison, je n’adhère pas mais je n’essaie pas d’emmener avec moi tous ceux qui adhèrent.

      Biiises, merci pour ton passage 😉

    • 1 novembre 2015 à 14 h 51 min
      Permalink

      En tout cas je vois qu’on parle des mêmes exemples 😉
      Des bizz

  • 1 novembre 2015 à 14 h 22 min
    Permalink

    Bravo et merci pour ton article et ton commentaire : ça remet les pendules à l’heure et on en a bien besoin de temps en temps !!!

    Citation « Finalement, si on s’occupait tous de nos fesses au lieu de toujours juger ce qui se fait à côté, ce serait bien plus simple : ce que fait cette personne me cause ? Super, j’adhère. Ça ne me parle pas du tout ? Peu importe la raison, je n’adhère pas mais je n’essaie pas d’emmener avec moi tous ceux qui adhèrent. »

    Tu résumes complètement, en quelques mots, ma pensée et j’ajouterais même que si je n’adhère pas, j’évite de juger ceux qui adhèrent (ou du moins j’essaie d’éviter de juger lol).

    Répondre
    • 11 décembre 2018 à 12 h 49 min
      Permalink

      Je trouve ca domage cette fermeture d’esprit. Si on adhere pas on peux aussi s’interesser a la demarche d’une personne qui pense differement, afin de comprendre sa facon de voir les choses, cela nous enrichi voir nous fait evoluer. On peux changer d’avis et finalement adherer, on peux evoluer de notre point de vue sans pour autant ensuite adherer totalement, ou finalement ne toujours pas adherer du tout mais dans les trois cas c’est positif. C’est domage de rejeter ainsi l’echange avec des personnes differentes. D’y voir du negatif dans une personne qui explique son avis ca demarche… qui serait différente de la notre.
      Un peu comme je trouve comme toi il faut ne pas se gouroutiser sur une seule personne, en buvant ses paroles sans jamais dévier de ce qu’elle dit. Je pense que c’est pareil pour les idées il ne faut pas se focaliser completement sur une seule facon d’aborder les choses sans jamais dévier, sans jamais tenter de comprendre la vision d’une personne qui n’a pas la meme démarche…

      C’est par ce qu’on est différent, qu’on pense differement c’est une richesse.

  • 2 novembre 2015 à 10 h 10 min
    Permalink

    Bonjour
    Article très juste qui me parle beaucoup. Je me laisse souvent déstabilisée par ce que je lis sur certaines personnes que j’aime bien, parce que je n’ai pas tellement confiance en mon propre jugement, mais c’est vrai qu’il faut le voir comme ça : du moment que cette personne nous apporte du positif, c’est qu’elle n’est pas mauvaise pour nous;

    Répondre
    • 2 novembre 2015 à 14 h 38 min
      Permalink

      Tout à fait d’accord, Mylène !

  • 2 octobre 2018 à 18 h 12 min
    Permalink

    Article très intéressant, Merci beaucoup, j’avais besoin de lire ceci ! 🙂

    Répondre
  • 11 décembre 2018 à 12 h 57 min
    Permalink

    Sinon au sujet des gourous, je ne pense pas qu’on reconnais un gourou au nombre de personne qui le suives ou qui boives ses paroles mais dans son discour.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *