Je (re)commence une cure de fruits et de jus

Aujourd’hui, mardi 12 novembre, je recommence une cure de jus. Ma toute première a eu lieu en avril 2012 : après avoir beaucoup lu sur la cure de Breuss et la cure Gerson, qui sont deux cures thérapeutiques à base de jus de fruits et/ou de légumes notamment connues pour soigner le cancer, j’avais décidé d’entreprendre une telle cure. Ne disposant que d’une centrifugeuse, j’ai finalement opté pour le jus tout fait « Breuss » de la marque Biotta. Rien à voir avec du jus frais fait maison, mais il a au moins l’avantage de ne pas être pasteurisé.

 

Cette première cure a été une petite révélation, puisque pendant les 12 jours que j’ai réussi à tenir, j’avais vraiment une super pêche. Et si le fait de remanger par la suite a forcément amoindri les grands effets que je ressentais pendant ce jeûne au jus, il n’empêche que, dans mon état, il y a clairement eu un avant et un après cure de jus.

AVANT, j’étais fatiguée, j’avais peu d’énergie, j’étais même incapable de faire mon ménage moi-même, et arrivée en fin d’après-midi, vers 17 heures, je ne pouvais plus tenir mes yeux ouverts, mes paupières étaient sans force.

APRÈS, j’ai recommencé à faire mon ménage comme une grande plusieurs fois par semaine, j’ai eu un regain d’énergie intérieure incroyable, et je pouvais veiller jusqu’à plus de 22 heures, sans avoir les paupières à mi-yeux.

A QUOI SERT UNE CURE DE JUS ?

Bien que motivée, je n’ai pas réussi à réitérer l’expérience. Même si mon alimentation a énormément évolué et que je suis, la plupart du temps, sur une alimentation basée sur les fruits et légumes crus, je n’ai pas eu la volonté suffisante pour passer au jus exclusivement, sur plus de quelques journées d’affilée. Mais je suis bien décidée à recommencer aujourd’hui.

Pourquoi se lancer dans une cure de jus, me direz-vous ? Les jus de fruits et légumes présentent plusieurs avantages. Si on les fait à partir de fruits et légumes frais, ils regorgent de vitamines, minéraux, nutriments et enzymes. Les fruits et légumes entiers aussi, me direz-vous !

Consommer les fruits et légumes crus sous forme de jus peut présenter, ponctuellement, plusieurs avantages :

– contrairement aux aliments entiers, ils permettent d’alléger la digestion et donc de mettre au repos le système digestif, puisque, surtout si vous filtrez vos jus et supprimez ainsi toute fibre, les jus sont directement assimilables, sans avoir à être digérés. Or, la digestion est ce qui consomme le plus d’énergie dans notre organisme. Ainsi débarrassé du long travail de digestion habituel, votre corps va pouvoir employer toute l’énergie disponible à « faire du nettoyage », c’est-à-dire procéder à la détoxination. L’élimination des déchets divers est un processus normal du corps mais qui, avec nos rythmes de vie néfastes, notre alimentation inappropriée voire trop opulente, est chez beaucoup d’entre nous insuffisante, quand elle ne devient pas pratiquement inexistante.

Vous nourrir exclusivement de jus pendant quelques jours ou semaines permet ainsi de remettre un peu les compteurs à zéro, de procéder à l’élimination de toxines, sans que de nouvelles soient produites en excès. Voilà pourquoi une cure de jus (tout comme un jeûne) améliore très vite beaucoup de symptômes de maladie : parce que le corps peut enfin se nettoyer, et comme le ménage de printemps dans votre maison, ça lui fait le plus grand bien !

– le deuxième avantage des jus est qu’il vous permet d’ingérer un grand nombre de fruits et légumes et donc de profiter d’un apport important en nutriments et minéraux (surtout les légumes verts)… alors que, peut-être, manger le même nombre d’aliments entiers vous aurait tout simplement rebutée. Par exemple quand, le matin, je prends un jus avec 12 oranges et une grosse poignée de feuilles d’épinards, je sais que je n’aurais pas mangé l’équivalent, si je n’avais pas mis tout ça sous forme de jus.

COMMENT S,Y PRENDRE POUR FAIRE SES JUS ?

L’idéal est vraiment de consommer des jus frais et non des jus du commerce, à moins que ce ne soit des jus frais, c’est–à-dire qui n’ont été ni stérilisés ni pasteurisés. Pour cela, il faut disposer d’un minimum d’équipement : au pire une centrifugeuse, et au mieux, un bon extracteur de jus. Les principales différences entre les deux est la vitesse de rotation et le processus d’extraction. La centrifugeuse tourne plus vite (plus ça tourne vite, plus les jus sont altérés et oxydés) et extrait le jus grâce à une râpe. L’extracteur de jus tourne beaucoup plus lentement, préservant ainsi la qualité des jus, et extrait le jus par mastication grâce à une vis sans fin.

Mais même avec une centrifugeuse, vous pourrez tout à fait tirer profit d’une cure de jus. Par contre, vous aurez plus de mal à extraire le jus des feuilles vertes, notamment.

COMBIEN DE TEMPS DURE UNE CURE DE JUS ?

Il n’y a pas de règle, elle peut durer le temps que vous voulez : deux jours ou trois mois. Il existe des cures de 92 jours, de 42 jours (la cure de Breuss). Le Dr Max Gerson préconisait de poursuivre la cure jusqu’à la guérison complète.

Pour ma part, je vais essayer de la tenir le plus longtemps possible, avec un idéal de 30 jours. On verra bien ce que je suis capable de faire… Pour me motiver (et en quelque sorte « rendre des comptes »), je partagerai sur mon compte Facebook les jus de chaque jour. Et en fin de semaine, je ferai un bilan, ici sur le blog, avec mes impressions, les effets constatés etc.

A LIRE POUR APPROFONDIR LE SUJET :

« Pratique de la cure Gerson et Kelley » – Michel Dogna (Guy Trédaniel Editeur)
« Votre santé par les jus frais de légumes et de fruits » – Norman Walker (Editions d’utovie)

Bon jus à vous, si vous avez envie de tenter l’expérience ! Et puis si vous avez des questions, si vous voulez davantage d’explications, et que je suis en mesure d’y répondre, n’hésitez pas à les poser en commentaires.

10 pensées sur “Je (re)commence une cure de fruits et de jus

  • 17 novembre 2013 à 14 h 26 min
    Permalink

    Bonjour! ton blog m’intéresse beaucoup car il correspond à un questionnement personnel. Moi aussi je suis à l’aube de mes 40 ans et je les vois venir avec plaisir car je sens que je vais davantage vers moi-même. je sais que je suis à un tournant de ma vie avec beaucoup de remises en question concernant mon mode de vie, mes priorités, mon boulot etc. L’alimentation est aussi qqch qui prend bcp (trop) de place dans ma vie. J’ai décidé d’arrêter de faire régime car je provoquais énormément de stress pour finalement peu de résultats. Je compte rééquilibrer mon alimentation en allant vers la cuisine énergétique. Ton article sur les jus a donc retenu toute mon attention. Si je comprends le principe d’aider le corps à se détoxifier, je pense qu’il n’est pas « naturel » de ne manger que des fruits qui plus est sous forme de jus. Nous avons besoin de mastiquer. C’est inscrit dans nos gènes. Si tu ne tiens pas le coup – le délai que tu indiques me semble en plus interminable! – ce n’est peut être pas à cause d’un manque de courage, mais tout simplement pcq ton corps t’indique qu’il n’en peut plus de ce genre d’alimentation frustrante?
    Au plaisir en tout cas de te suivre sur ce blog!

    Répondre
    • 17 novembre 2013 à 16 h 09 min
      Permalink

      Bonjour Françoise ! Bienvenue par ici, alors 😉

      Je comprends parfaitement tes arguments concernant les jus. Ok ce n’est pas naturel… mais à la limite, ce n’est pas moins naturel que la nourriture cuite, que les aliments transformés ou les plats industriels, en fait. Et ça ne gêne personne de ne se nourrir que comme ça.

      C’est vrai que si on a des dents, ce n’est pas pour rien, et il ne s’agit absolument pas de faire l’apologie des jus comme seule et unique nourriture ad vitam aeternam.

      Le corps a ses processus de nettoyage et, dans l’absolu, il n’a besoin de rien d’extérieur pour revenir à l’équilibre. Tout ce dont il a besoin, c’est qu’on ne vienne pas l’empêcher de faire son nettoyage. Or, en mangeant (même en mangeant 100 % sain), en prenant de l’énergie pour réaliser le travail de digestion, on empêche le corps, dans une plus ou moins grande mesure, de réaliser ses processus de retour à l’équilibre.

      Quand on n’est pas allé trop loin, qu’on a mangé et vécu sainement toute sa vie, qu’on n’est pas arrivé à un tel état d’encombrement que des maladies apparaissent, alors ok, il nous suffit de manger correctement (c’est-à-dire manger des aliments faits pour l’être humain) pour que le corps fonctionne comme il doit fonctionner et fasse son nettoyage quotidien.

      D’autre part, nous avons des dents, tout comme les animaux ont des dents et pourtant, chacun sait qu’un animal malade ou blessé se met en boule dans un coin (et parfois pendant plusieurs semaines) en s’abstenant de manger… Dans quel but ? Celui de laisser son corps revenir à l’équilibre, d’activer ses processus d’auto-guérison, sans « gaspiller » de l’énergie à courir ou à digérer.

      Le jeûne est donc au contraire quelque chose de très naturel que nos ancêtres avaient encore l’intelligence d’utiliser. De nos jours, c’est le contraire, on veut absolument faire manger les malades pour qu’ils deviennent pas encore plus malades… alors que leur manque d’appétit est au contraire un signe qu’il faut stopper toute nourriture solide.

      Non seulement le jeûne au jus est moins difficile à tenir que le jeûne pur, mais il est dans certains cas bien plus bénéfique, de par son apport massif en vitamines, nutriments, enzymes.
      Parfois un corps trop épuisé n’est pas capable de supporter un jeûne (cela demande beaucoup d’énergie de procéder au nettoyage, à l’autolyse des déchets et donc à la détoxination) et boire des jus permet cet apport d’énergie directement assimilable, sans pour autant demander un effort de digestion comme lorsqu’on mange des aliments entiers.

      A situation non naturelle (toxémie au point d’en arriver à la maladie auto-immune et à la tumeur, comme c’est mon cas), solution non naturelle. Il faut parfois donner un coup de pouce aux processus naturels du corps, surtout quand on a dépassé l’état « naturel » où le retour à l’équilibre aurait été possible sans aucune intervention :-/

      Quoiqu’il en soit, out le monde ne pourra jamais tomber d’accord sur les théories diverses et variées concernant la santé, le bien-être etc. et je ne cherche pas à convaincre tout le monde que j’ai raison.
      Mais rassure-toi, je me forme depuis deux ans, j’ai beaucoup étudié ces questions, lu des dizaines de livres et d’auteurs différents, et je ne me lance jamais tête baissée dans quelque méthode loufoque, sans en avoir pesé les pour, les pour, sans avoir compris pourquoi ça marche et sans avoir pris des tas de témoignages auparavant.
      Et le fait est que, depuis que j’ai testé la cure de jus, je suis plus que convaincue que c’est une voie royale pour le retour à la santé.

      Merci en tous cas pour ton commentaire ! Je ne sais pas ce qu’est la cuisine énergétique : est-ce que c’est choisir ses aliments en fonction de leur taux vibratoire ?
      A bientôt !

  • 28 novembre 2013 à 11 h 48 min
    Permalink

    Hé bien je trouve cela très encourageant et je me demande si je ne ferai pas moi meme une cure au printemps (l’hiver, je peux pas, trop difficile de ne pas manger chaud et autant que je le veux)
    Merci pour ton témoignage 🙂

    Répondre
    • 28 novembre 2013 à 13 h 57 min
      Permalink

      Coucou Séverine !

      Je te comprends… Contrairement à ce qu’on pourrait penser a priori, ce n’est pas de manger chaud qui nous donne chaud, et donc ça ne donne pas froid ou moins d’énergie de boire des jus (pas glacés mais à température ambiante)… Mais par contre, c’est clair que quand le temps est bof, j’ai nettement plus envie de manger cuit, chaud, ou du moins plus « consistant ». C’est bête, ce sont des habitudes, des trucs qui rassurent, qui réconfortent, je pense, mais n’empêche qu’effectivement, l’hiver n’est pas forcément le meilleur moment de l’année pour essayer une cure de jus.

      Le hic, c’est que l’été, je n’y arrive pas non plus, parce qu’il y a (enfin !) tellement de fruits délicieux que je n’ai pas envie de les louper en faisant une semaine ou deux de jus hihihi Les fraises, les melons, les cerises, les pêches, les nectarines me font trop de l’œil et la période où on peut manger tous ces fruits est déjà bien courte 😉

      Donc oui, a priori, le printemps reste le meilleur moment !

  • 23 juillet 2014 à 14 h 58 min
    Permalink

    Bonsoir,

    Auriez vous l’amabilité de me donner de vos nouvelles après votre cure ? Une amie est atteinte de myasthénie, elle airmerait savoir si ce régime vous a guéri. Merci

    Répondre
    • 23 juillet 2014 à 17 h 01 min
      Permalink

      Bonjour Reine Marie,

      Oh non, je ne suis pas encore guérie, mais j’y crois j’y crois et je continue mon chemin…
      Ce qui est sûr, c’est que chaque cure de jus ou jeûne que j’ai faits m’a fait beaucoup de bien. Mais je n’ai encore jamais eu la volonté et la persévérance pour continuer plus que 15 jours d’affilée. Et on ne peut pas guérir en 15 jours de bonne alimentation, une maladie qu’on a sûrement mis des années à faire naître !

      Je ne sais pas s’il est possible de guérir uniquement avec des cures de jus car je pense que l’alimentation n’est pas tout et il y a d’autres domaines sur lesquels agir (émotionnel, stress etc.) mais avec mon expérience, je dirais que ça vaudrait le coup de tenter pour beaucoup de malades.

      Bon courage à votre amie 😉

      A bientôt !
      Nathalie

    • 21 février 2016 à 22 h 43 min
      Permalink

      Bonjour Nathalie,

      Un grand merci pour ton post.

      Cela fait quelques semaines que je connais une grande fatigue et que je n’arrive pas à comprendre les causes de cette fatigue (mon entourage considère que je suis un mode de vie plutôt sain).

      Cette fatigue est très gênante. Je n’arrive pas à me concentrer dès le matin et mes paupières sont sans forces dès l’après-midi.

      Deux ans après ton cure (qui a commencé fin 2013), je serais également ravie d’avoir vos nouvelles et de connaitre le bilan de votre expérience.

      Bonne journée à vous!

      Hélène

    • 1 mars 2016 à 18 h 06 min
      Permalink

      Bonjour Hélène

      Je suis désolée, je n’avais vraiment pas vu ton commentaire !
      Et ce qui est amusant c’est que, justement, je recommence une cure de jus aujourd’hui, car j’ai besoin d’être très en forme tout le mois de mars pour différentes raisons 🙂

      Tu me parles de fatigue et de paupières sans force, est-ce que tu es myasthénie aussi ou rien à voir ?

      Alors pour te répondre, j’ai rarement la volonté de faire des cures de jus, ne serait-ce que d’une semaine de temps en temps, pourtant mon avis est très très positif.

      Déjà pendant la cure, je me sens vraiment en pleine forme. Je pense qu’il y a plusieurs raisons à cela :
      – comme mon corps n’a pas à faire de travail de digestion, j’ai davantage d’énergie disponible
      – comme je ne mange rien, mes cachets pour la myasthénie sont plus efficaces

      Mais ce ne sont pas les seules raisons qui font que je me sens bien, car quand je recommence à manger, je garde les effets bénéfiques de la cure.

      Du coup, un peu « contrainte et forcée », je recommence pour tout le mois de mars 🙂 🙂

  • 3 juillet 2016 à 5 h 22 min
    Permalink

    Bonjour, je demeure au Québec et je crois souffrir de myasthénie aussi. Ma grand – mère est décédée de cette maladie il y a deux ans, et elle ne savait pas en être atteinte.

    Mon test d’anticorps est négatif mais l’ EMG présente des résultats anormaux qui pourrait confirmer le tout. Nous semblons « en retard » sur vous ici dans la détection de cette maladie.

    Pour aller dans le sens de la guérison amené par vous, je vous mentionne que des traitements chez le chien m’a redonné vie. Il s’agit de traitement de type NETWORK incluant des respirations ISR. Avant les traitements, je ne travaillais plus que 3 jours semaine avec grand peine et le reste du temps j’étais alitée. Après 15 traitements à raison de 3 fs/ sem j’ai vu les faiblesses diminuées puis disparaître quasi totalement. J’en suis à une fois/ sem maintenant.

    Souhaitant que ces informations pourront redonner espoir et autonomie aux gens atteints de cette maladie.

    Marieve

    Répondre
  • 3 juillet 2016 à 5 h 25 min
    Permalink

    Suite….erreur de frappe des traitements chez le chiropraticien traitements de type NETWORK + Isr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *