Changer de vie : Anne-Sophie a relevé le défi !

Bonjour tout le monde !

Comme je suis en train de finaliser le Mag’ 2 et que je n’ai eu le temps de terminer la première chronique des livres que je veux partager avec vous le jeudi, eh bien plutôt que de ne rien publier du tout aujourd’hui, j’ai décidé de vous proposer le portrait de mon amie Anne-Sophie. On s’est rencontrées sur le net fin 2011 et j’ai donc pu assister à son changement de vie. Elle prouve qu’on peut tout quitter, même quand on a un mari et des enfants, pour suivre son coeur et réaliser ses rêves d’adolescent !

Anne-Sophie PauA 32 ans, mariée et maman d’une petite puce de 4 ans, Anne-Sophie vit dans un petit village à 800 m d’altitude, près de Bagnères-de-Bigorre, dans les Hautes Pyrénées.

Après un BAC STT administratif obtenu avec mention, elle commence une fac de droit mais interrompt ses études avant la fin de la deuxième année. Ensuite, Anne-Sophie enchaine différents petits boulots : secrétaire dans une association d’aide aux personnes, et dans une radio ; formatrice en alphabétisation dans un centre de jeunes en difficulté ; aide-informatique au CDI d’un collège… Elle part même un an, en Allemagne (Berlin), comme jeune fille au pair.

Revenue en France, elle quitte le sud pour la région parisienne, où elle travaille comme prestataire de service, chez un grand constructeur de voitures français : accueil, organisation des formations internes, et finalement manager. Elle y rencontre son mari et, en janvier 2011, à la naissance de sa fille, elle a une véritable révélation.

Après mon congé maternité, lorsque je suis retournée au travail, on m’a menacée de me virer. On avait donné mon poste à un homme. On m’a cassée… en me disant que j’étais nulle et que je devais accepter tout ce qu’on me donnerait. On me proposait un poste de remplacement d’une collègue qui partait en congé maternité. Mais c’était un milieu que je ne connaissais pas. Le lendemain, le chef de site m’a demandé si je serais intéressée pour être son assistante de direction. Dans la peur, j’ai accepté.

Ca a été une période terrible. En tant qu’assistante de direction, je voyais l’autre côté. Je participais aux réunions « au sommet ». Et j’ai vu comment ils nous traitaient …. comment ils parlaient des salariés.

J’ai pris conscience que j’amenais ma fille tous les matins chez la nounou, pour servir une société qui tuait le futur de nos enfants et donc de ma fille.

A partir de là, Anne-Sophie et son mari ont déclenché le plan de mobilité interne, avec le souhait de retourner dans le sud de la France. A cette époque, Anne-Sophie se met à lire beaucoup sur le développement personnel, et s’inscrit sur le Défi des 100 jours, de Lilou Macé. En février 2012, à l’occasion d’un départ en vacances au ski, sachant qu’elle passerait une bonne partie de la semaine enfermée, sa fille étant encore petite, elle s’est imprimé un livre PDF afin d’avoir de l’occupation : « Le Messager » d’Alasira.

Quand j’ai terminé le livre, j’ai décidé immédiatement que je voulais tout quitter. Que je ne voulais pas attendre une possible mobilité pour, en plus, faire un métier qui ne me plaisait pas. De plus, je ne voulais plus servir ce monde, je voulais travailler pour créer le monde que décrit Alasira dans son livre.
Une fois mon mari de retour de sa journée de ski, je lui ai expliqué. Il a décidé de me suivre.
Au retour de nos vacances, nous avons demandé à rencontrer le DRH pour négocier une rupture de contrat à l’amiable… Qui a été acceptée pour nous deux.

Avec WITCHES SHOP, Anne-Sophie a réalisé son rêve de petite fille : ouvrir sa boutique ésotérique !
Avec WITCHES SHOP, Anne-Sophie a réalisé son rêve de petite fille : ouvrir sa boutique ésotérique !

Il faut dire qu’Anne-Sophie avait toujours été passionnée par l’ésotérisme et le paranormal. De par sa grand-mère (elle a très tôt pratiqué la sophrologie, l’auto-hypnose) mais aussi de par sa mère, elle-même passionnée d’ésotérisme. D’un caractère assez solitaire (ce qui ne l’empêchait pas d’avoir des amis), elle a créé son premier site internet vers 16-17 ans, sur lequel elle publiait des compte-rendus de phénomènes paranormaux (fantômes, OVNIS) ainsi que des articles sur la magie. Le site fonctionnait plutôt bien, mais elle a pris la décision de le fermer à la naissance de sa fille.

De ses propres aveux, Anne-Sophie a toujours eu un côté très terre-à-terre : « la tête dans les étoiles mais les deux pieds bien ancrés sur terre », dit-elle. Grâce à cela, elle ne s’est jamais enflammée et a pu conserver discernement et recul sur tout ce qu’on pouvait lui raconter, notamment en matière de magie.

Sur internet, il y a beaucoup de salons de discussion et malheureusement, les sectes sont présentes. Et les adolescents sont très influençables et très intéressés par la magie. Ils peuvent tomber sur des gens peu recommandables… et se laisser facilement embobiner.

C’est une des raisons pour lesquelles j’ai créé ma WebTV « La Magie d’Anne-Sophie » car je voulais qu’ils puissent trouver une information claire, par une personne « normale », une maman, qui a été ado intéressée par l’éso et la magie.

C’est donc ainsi qu’Anne-Sophie a déménagé dans le sud, avec sa petite famille le 28 avril 2012, c’est-à-dire très rapidement après avoir pris la décision de quitter son job et vivre ses rêves. Ils vivent donc maintenant dans les Hautes-Pyrénées. Sa fille grandit à la montagne. Et surtout, elle a créé, sur Bagnères-de-Bigorre, sa boutique ésotérique qui vient tout juste d’avoir un an (le 2 mai). Elle s’’occupe de sa petite boutique ainsi que de sa boutique en ligne, et partage sa vie sur deux webTV. Aujourd’hui, elle est donc chef d’entreprise : commerçante, auteure, blogeuse, vidéo-blogeuse, webmarketrice.

Mon travail est ce que je suis. C’est un bonheur tous les matins de me lever pour aller travailler. Je vois ma fille s’épanouir dans un cadre magnifique !

Avant, mon mari et moi avions des CDI tous les deux, dans une entreprise qui nous laissé penser qu’on avait une certaine sécurité de l’emploi. Nous étions propriétaires d’un duplex dans les Yvelines. Nos journées, c’était boulot-dodo (sans le métro mais avec les bouchons). On courrait pas mal pour essayer de profiter de notre fille.

J’avais totalement coupé les ponts avec l’ésotérisme… pour moi, cela n’était qu’un hobby.

Au travail, je m’ennuyais terriblement. Pour pimenter ma vie professionnelle, j’étais devenue secrétaire du CHSCT… A partir de ce moment- là, mes patrons m’ont tout enlevé… je me levais le matin pour aller sur internet. Je réveillais ma fille tôt le matin pour l’amener chez une nounou, tout ça pour m’ennuyer au boulot et aller sur Facebook ! Pour moi c’était horrible.

 

anne-sophie-boutique

anne-sophie-boutique2

 

Parce qu’elle l’a fait, parce qu »elle a osé tout quitter pour changer de vie, forcément je lui ai posé la question à un million d’euros :

Que conseillerais-tu à une personne qui désire changer de vie, qui ne se sent pas bien dans sa vie et son emploi ?

Je ne peux que conseiller de tout quitter !

Anne-Sophie Pau et Lilou Macé
Anne-Sophie Pau et Lilou Macé

Bien sûr, cela nous met face à nos peurs… notamment la peur de manquer d’argent. Quand j’ai tout quitté, je ne savais pas ce qu’était mon rêve, mais je l’ai découvert au fur et à mesure et je continue de le découvrir tous les jours.

La sécurité de l’emploi n’existe pas. Elle est fictive. N’importe quel patron peut nous virer du jour au lendemain. À partir de là, on prend nos décisions… Personnellement, je préfère vivre l’insécurité professionnelle et donc financière, en faisant ce que j’aime plutôt qu’en n’allant bosser à reculons.

J’ai appris que la peur peut être très facilement transmutée en joie de vivre.

Bien sûr, un changement de vie se prépare. Si on peut avoir de l’argent, toucher du chômage, c’est forcément mieux… Donc il faut utiliser le système à notre avantage, pour une fois.

Pendant deux ans, mon mari et moi avons touché le chômage et cela ne m’a pas dérangée. J’ai cotisé pour cela. Cet argent m’appartenait ! Donc n’ayez pas honte de toucher le chômage pendant que vous êtes à la recherche de vous-même.

Et puis dernier conseil : regardez les vidéos de Lilou Macé, lisez ses livres et inscrivez-vous au Défi des 100 jours. Je dois beaucoup à cette communauté et j’y ai rencontré des personnes qui sont des amis aujourd’hui.

Vous pouvez retrouver Anne-Sophie sur :
son blog
sa chaîne youtube
son compte Facebook

4 pensées sur “Changer de vie : Anne-Sophie a relevé le défi !

  • 19 mai 2015 à 20 h 29 min
    Permalink

    Magnifique témoignage d’un changement de vie.
    C’est d’autant plus impressionnant que quand on a un enfant ou plusieurs on a encore plus peur de manquer. C’est tellement chouette de profiter d’eux, de profiter de la vie, de vivre ses passions et de les communiquer aux autres.

    Répondre
    • 20 mai 2015 à 17 h 00 min
      Permalink

      Oui c’est vrai ce que tu dis !
      Je pense qu’il y a ceux qui sont plus frileux quand ils ont des enfants (parce qu’ils ne sont plus seuls dans la vie et doivent subvenir à leurs besoins) et il y a ceux qui, au contraire, ont le déclic pour changer plein de choses, parce qu’ils se rendent compte que ce n’est pas la vie qu’ils veulent offrir à leurs enfants, justement 😉

  • 1 novembre 2016 à 17 h 35 min
    Permalink

    Mon dieu si je pouvais …

    Mais difficile quand on est une maman solo j’ai 3 enfants 20ans 15ans 13ans et les 2 pére de mes enfants aussi fantôme l’un que l’autre

    Bravo à tous ceux qui peuvent

    Répondre
    • 2 novembre 2016 à 10 h 29 min
      Permalink

      Je pense que, dans une certaine mesure, tout le monde le peut, Isabelle 😉
      Ça peut demander du temps, de la patience, du courage mais, finalement, c’est souvent la décision de le faire qui est l’étape la plus difficile et, donc, nos peurs, nos croyances etc. qui nous empêchent d’agir. Et je ne te juge pas, je suis la première à me trouver parfois des excuses aussi, j’en suis bien consciente lol

      « Quand on fait des choix faciles, la vie devient difficile. Quand on fait des choix difficiles, la vie devient facile. »

      « Qui veut vraiment faire quelque chose, trouve un moyen. Qui ne veut rien faire trouve une excuse« .

      « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait »

      Quel serait ton rêve, que tu ne penses pas pouvoir réaliser parce que tu es maman solo ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *